Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires


Accueil > Publications > Thèses > Archives Thèses > Thèses 2011 - 2012

RABHI Issam


Testabilité des services Web

Lundi 9 janvier 2012 à 14 h 00 - Amphi 3, Pôle commun Polytech/ISIMA

Cette thèse s’est attaquée sous diverses formes au test automatique des services Web : une première partie est consacrée au test fonctionnel à travers le test de robustesse. La seconde partie étend les travaux précédents pour le test de propriétés non fonctionnelles, telles que les propriétés de testabilité et de sécurité.
Nous avons abordé ces problématiques à la fois d’un point de vue théorique et pratique. Nous avons pour cela proposé une nouvelle méthode de test automatique de robustesse des services Web non composés, à savoir les services Web persistants (stateful) et ceux non persistants. Cette méthode consiste à évaluer la robustesse d’un service Web par rapport aux opérations déclarées dans sa description WSDL, en examinant les réponses reçues lorsque ces opérations sont invoquées avec des aléas et en prenant en compte l’environnement SOAP. Les services Web persistants sont modélisés grâce aux systèmes symboliques. Notre méthode de test de robustesse dédiée aux services Web persistants consiste à compléter la spécification du service Web afin de décrire l’ensemble des comportements corrects et incorrects. Puis, en utilisant cette spécification complétée, les services Web sont testés en y intégrant des aléas. Un verdict est ensuite rendu.
Nous avons aussi réalisé une étude sur la testabilité des services Web composés avec le langage BPEL. Nous avons décrit précisément les problèmes liés à l’observabilité qui réduisent la faisabilité du test de services Web. Par conséquent, nous avons évalué des facteurs de la testabilité et proposé des solutions afin d’améliorer cette dernière. Pour cela, nous avons proposé une approche permettant, en premier lieu, de transformer la spécification ABPEL en STS. Cette transformation consiste à convertir successivement et de façon récursive chaque activité structurée en un graphe de sous-activités. Ensuite, nous avons proposé des algorithmes d’améliorations permettant de réduire ces problèmes de testabilité.
Finalement, nous avons présenté une méthode de test de sécurité des services Web persistants. Cette dernière consiste à évaluer quelques propriétés de sécurité, tel que l’authentification, l’autorisation et la disponibilité, grâce à un ensemble de règles. Ces règles ont été crée, avec le langage formel Nomad. Cette méthodologie de test consiste d’abord à transformer ces règles en objectifs de test en se basant sur la description WSDL, ensuite à compléter, en parallèle, la spécification du service Web persistant et enfin à effectuer le produit synchronisé afin de générer les cas de test.

Jury :

Michel Misson, Université d’Auvergne, Aubière, France, Directeur de thèse
Marie-Christine Fauvet, Univeriste Joseph Fourier, Grenoble, France, Examinatrice
Hacene Fouchal, Université de Reims, Reims, France, Rapporteur
Fatiha Zaidi, Université Paris-Sud XI, Orsay, France, Rapporteur
Sébastien Salva, Université d’Auvergne, Aubière, France, Co-directeur
Patrice Laurençot, Université d’Auvergne, Aubière, France, Co-directeur