Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires


Accueil > Publications > Thèses > Archives Thèses > Thèses 2013 - 2014

AÏBOUD Fazia


Méthodes approchées pour la résolution de problèmes inverses : identification paramétrique et génération de formes

Vendredi 29 novembre 2013 - 11 h 00 - Amphi GLT, IUT d’Allier

Cette thèse est réalisée dans le cadre d’un projet de collaboration entre le LIMOS et l’entreprise Integrative Bio-Computing (IBC). Cette entreprise développe une plateforme générique de simulation et de modélisation, qui génère des modèles multi-échelles des systèmes biologiques en particulier les organes humains. Cette plateforme combine des modèles à deux niveaux de description : macroscopique pour modéliser le fonctionnement de l’organe par des équations différentielles et microscopique pour modéliser les interactions au niveau cellulaire par automates cellulaires.
L’objectif de cette thèse est de proposer des méthodes approchées pour résoudre, d’une part le problème d’identification des paramètres des équations différentielles, d’autre part, la détermination des règles (ou fonction de transition) de l’automate cellulaire permettant d’obtenir la bonne structure de l’organe.
Les méthodes proposées pour la modélisation macroscopique sont à base de métaheuristiques (recuit simulé et algorithme génétique). Elles consistent à déterminer les paramètres des équations différentielles à partir d’un ensemble d’observations temporelles.
Dans le cas de la modélisation microscopique, des heuristiques (algorithme glouton, recherches locales déterministes) et métaheuristiques (algorithme génétique, recherche locale itérée et recuit simulé) ont été proposées.
Elles ont pour rôle de déterminer la fonction de transition de l’automate cellulaire et son nombre de générations permettant d’obtenir une forme voulue. Différentes approches, codages, critères, systèmes de voisinage et systèmes d’interaction ont été proposés. Différentes expérimentations ont été menées pour la génération de formes (pleines, symétriques et quelconques.

Jury :
Mme. Sylvie NORRE, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, Directeur de Thèse.
Mme. Nathalie GRANGEON, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, Co-Directeur de Thèse.
M. Bernard GRABOT, Ecole Nationale d’Ingénieurs de Tarbes, Rapporteur.
M. Patrick SIARRY,Université Paris-Est Créteil, Rapporteur.
M. Michel GOURGAND, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, Examinateur.
M. Sébastien VEREL, Université du Littoral Côte d’Opale Calais, Examinateur.